La Basilique Saint-Augustin de Annaba (ex-Bône, ex-Hippone) a été construite en 1881-1900 par la communauté chrétienne de la ville, sur une colline surplombant d’un côté les ruines romaines , le port et la baie à l’entrée ouest de la ville et de l’autre la plaine ( horizons hélas tous défigurés depuis quelques les annnées 70 par les fumées de l’immense aciérie d’El Hadjar et celui phosphatier ) .

La « Mamelon vert » comme l’appelait Gusrave Flaubert fut , pendant longtemps un lieu de pélerinage tant il paraissait établi que Saint Augustin y avait vécu et officié…et enterré.

D’ailleurs, Mgr Dupuch , premier évêque d’Alger, y avait fait ériger, à mi-coteau, un petit autel de marbre blanc surmonté d’une statue de Saint-Augustin coulée dans le bronze de canons turcs.

Ce mausolée fut faussement considéré , pendant longtemps, comme le tombeau de Saint-Augustin. Or, la dépouille de l’illustre enfant de Théveste (Souk Ahras) et étudiant de Madaure (M’Daourouch) , né en 354 et qui est mort en 430, dans l’Hippone assiégée par les hordes vandales, fut transportée en Sardaigne puis à Pavie au VIIIè siècle.

C’est au 6ème siècle que les Vandales , venus probablement de Suède, ont envahi l’Algérie après la chute de l’Empire romain. La ville d’Hippone (Annaba) tomba entre leurs mains en l’an 430 et ils y instaurèrent un Etat Vandale.

La Basilique est un pur produit africain, avec son style arabo-byzantin. ll s’apparente à celle de Carthage qui en fut l’onspiratrice. Tous les matériaux qui ont servi à la construction ont été tirés du sol algérien. Les marbres , et tout particulièrement ceux du maître-autel et de la chaire, ont été extraits de carrières de l’Est constantinois: marbre de Guelma, marbre blanc du Filfila (Skikda), onyx translucide d’Ain Smara (Constantine) . Tous sont d’une rare finesse de grain et d’étonnante richesse de tons et de nuances.

Du haut de la terrasse, qui précède le porche de la basilique, on a un panorama qui « coupe le souffle », tout particulièrement la large baie en courbes molles et suaves…paysage enveloppé d’une porofonde quiétude favorisant la communion avec Dieu.

Plus d’info:

  • Selon Achour Cheurfi (Dictionnaire encyclopédique de l’Algérie) , la Basilique a été érigée sur l’emplacement du temple païen de Baal Hamon , adoré par les Numides et identifié au Dieu Saturne des Romains.
  • La Basilique Saint-Augustin de Annaba (qui contient une relique du corps de l’évêque d’Hippone, son cubitus) a accueilli , en 2009, plus de 20 000 visiteurs dont beaucoup d’étrangers.
  • C’est lors d’un pèlerinage qu’il fit, en 1843, au tombeau de Saint Augustin que Monseigneur Dupuch obtint du pape Grégoire XVI qu’une partie des reliques (le cubitus droit) soit ramenée sur la terre africaine, terre natale du célèbre évêque. Le 28 octobre 1848, la relique sacrée, escortée d’un cortège de prélats, arriva à Bône à bord de la corvette à vapeur « Gassendi ».
  • Ce fut à l’occasion de ce transfert que Monseigneur Dupuch conçut le projet d’ériger une basilique à la mémoire du saint homme, au sommet de cette colline où l’on pensait qu’il y avait fait édifier son monastère. L’erreur subsista jusqu’au moment où des fouilles archéologiques opérées au pied de cette colline mirent à jour les restes d’une vaste basilique. Certains indices permirent de penser que l’on se trouvait bien en présence de la « Basilica Pacis » dans laquelle avait réellement vécu Saint Augustin.
  • A proximité de la Basilique existe une Maison des pauvres , gérée par les Soeurs

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here